TOUTES LES ACTUALITÉS

Droits des patients, une journée d’information pour tous

17/10/2017

« Des informations médicales peuvent-elles être données par téléphone à la personne à prévenir ? », « le curateur peut-il recevoir des informations médicales sans l’autorisation du patient ? », « le dossier médical est-il la propriété de l’hôpital ? », « le don du corps est-il payant ? », « le mandat de protection future doit-il être validé par un juge ? »…Tristan et Sylvana, soignants, hésitent quant aux réponses à donner à certaines des 16 questions du quizz en ligne qu’ils remplissent sur les ordinateurs portables installés dans le hall de l’hôpital Léopold Bellan, à l’occasion de la journée Droits des patients organisée par l’établissement le 11 octobre. Tristan obtient 10/16 et reconnaît : « Je ne savais pas que le don du corps à la science était payant, ce n’est pas une occasion qui se présente très souvent. En revanche, je ne connaissais pas les détails de la communication du dossier médical, que la réglementation oblige à conserver par les établissements. Le patient peut le consulter sur place mais pas sortir les pièces originales (seulement des copies). L’établissement est donc dépositaire de la forme physique du dossier mais pas propriétaire de son contenu. C’est une nuance intéressante à comprendre ».

Une initiative de la CDU
Il y a quelques mois, l’hôpital organisait sur le même modèle une journée sur la douleur, qui rencontrait un certain succès. « Nous avons donc eu l’idée, en commission des usagers (CDU) de cette nouvelle thématique, retrace Lisette Volpe-Gillot, médecin chef de service et présidente de la CDU#. Il s’agit d’un sujet important pour nous soignants au quotidien. Par exemple la différence entre personne de confiance et personne à prévenir n’est pas toujours bien faite. De même, le fait qu’il faille rechercher la volonté du patient lorsqu’il est sous protection juridique, y compris sous tutelle… Ou encore la procédure pour faire une réclamation n’est pas forcément connue… Or ce sont des questions auxquelles les professionnels sont confrontés au quotidien. Nous avions organisé une formation auprès des soignants dans le cadre de notre cycle du vendredi après-midi. Cette journée est une façon supplémentaire d’informer sur un sujet qui peut sembler moins concret mais qui est pourtant essentiel et dans lequel la communication est primordiale : on se rend compte que la plupart des malentendus reposent sur une mauvaise communication. »

Une centaine de visiteurs
Une centaine de personnes ont participé à cette journée qui s’est tenue entre 10h et 16h, décomposée en 7 ateliers thématiques : auto-évaluation de la bientraitance, évaluation des connaissances, don d’organe et de corps à la science, personne chargée des relations usagers, personne de confiance, médiateurs (rôles et missions), représentants des usagers (rôles et missions). Ces derniers s’y sont montrés actifs : « La distinction entre personne de confiance et à prévenir est importante, a rappelé Geneviève Dolivet d’Old’Up. C’est une vraie question pour les personnes âgées de même que celle des directives anticipées. C’est important que chaque plainte soit entendue et qu’on prenne le temps d’y répondre, même par un courrier type. Cela change tout de se savoir écouté et d’être pris en considération.» « Cela nous donne aussi l’occasion d’aller au-devant des usagers, d’entendre ce qui se passe bien ou pas afin de rapporter en CDU expériences et bonnes pratiques à transposer », estime Sylvain Denis de la FNAR. « La famille s’arrête parfois à des détails, un repas froid par exemple, conclut Jean-Jacques Bernatet de l’APF. Cela permet parfois d’aller plus loin et d’aborder l’essentiel. C’est important ici car beaucoup de personnes ne peuvent plus parler et le personnel ne peut pas passer autant de temps qu’il le souhaiterait. »

#La journée a été organisée, sous l’égide de la CDU, par Noémie Ribet, responsable Qualité et Gestion des risques et chargée des relations usagers, avec l’aide précieuse de Camille Giordano, en stage à l’hôpital, élève en première année à l’EHESP (Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique de Rennes), qui forme les futurs directeurs d’hôpitaux.




Journée des aidants : réunion avec la ministre

11/10/2017

A l’occasion de la journée des aidants, répondant à l’invitation de l’Association Française des Aidants (AFA), l’AMSAD Léopold Bellan (Paris 20e), a rencontré Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, vendredi 6 octobre, et présenté son travail de partenariat avec une autre structure parisienne de maintien à domicile dans l’organisation des cafés des aidants.

« Vous avez réfléchi au projet de sortie de votre mère ? Parce que là, on ne va pas la garder, on ne peut plus rien faire (…) Un patient, ce n’est pas une maladie, c’est pourtant ce dont on a l’impression à l’hôpital », témoigne Laure Grissinger. La jeune femme avait 19 ans lorsqu’elle a dû prendre en charge sa mère gravement malade et sa jeune sœur et raconte son émouvant et douloureux parcours devant les associations, le député de Paris Gilles Le Gendre et la ministre de la Santé et des Solidarités*. En effet, pour la journée des aidants, vendredi 6 octobre, Agnès Buzyn a souhaité rencontrer aidants et acteurs de la prise en charge pour une courte réunion d’échange, au siège de l’Association Française des Aidants (AFA-Paris, 7e). « La question des aidants est entrée dans les institutions notamment par la loi ASV (Adaptation de la Société au Vieillissement), a déclaré la ministre. Mais étonnamment, les professionnels de santé – et particulièrement les médecins, pourtant en contact avec les familles et les personnes de confiance- ne semblent pas bien avoir identifié leur place, estimant ainsi naturel qu’ils participent aux soins…Au-delà, il existe dans notre société, de moins en moins solidaire, un défaut de reconnaissance à votre égard. Vous soutenez naturellement les personnes handicapées et vulnérables, j’aimerais que l’on rappelle que votre engagement est une valeur fondamentale, un des derniers maillons de l’humanité. »
Café des aidants
A cette occasion, Stéphanie Perret du Cray et Fabienne Baron, respectivement directrice et coordinatrice transverse de l’AMSAD Léopold Bellan (structure d’aide et de soins à domicile), ont présenté le café des aidants, une action menée avec Una Paris 12 depuis octobre 2013, en partenariat avec l’AFA. Ces cafés sont animés conjointement par une Conseillère en Economie Sociale et Familiale et une psychologue. Depuis leur mise en place, 17 cafés ont eu lieu et ont réuni plus de 100 personnes (dont un tiers d’hommes et 70% de retraités), sur des thèmes divers (les relations avec les professionnels : trouver sa place ; la mise sous protection juridique : Pourquoi ? Comment ? Aider : par amour ou par devoir ? etc.) « Nous nous adressons à un public plus vaste que celui de nos propres patients, avec des profils divers : conjoints, personne qui s’occupe de son enfant handicapé ou de son propre parent entré dans le grand âge. Certains sont présents à domicile et n’ont plus de vie à eux, d’autres vivent loin de leur parent, éprouvant inquiétude et culpabilité… », a expliqué Fabienne Baron. « 2 mois entre deux cafés, c’est trop long. Nous aimerions en augmenter la fréquence, a conclu Stéphanie Perret du Cray. Et pour cela davantage communiquer auprès des aidants, mais également auprès des professionnels et notamment des médecins de ville afin qu’ils puissent relayer l’information. » Parce que, « les aidants sont nos principaux interlocuteurs et partenaires pour garantir la réussite d’un maintien à domicile » et que les aider « C’est une autre approche du métier ».

*Une enquête Novartis-Ipsos intitulée « Qui sont les jeunes aidants aujourd’hui en France ? », réalisée auprès de 500 jeunes de 13 à 30 ans a été rendue publique à l’occasion de cette journée.




Bravo aux coureuses !

04/09/2017

Coiffées d'une casquette jaune siglée Léopold Bellan, 44 salariées des établissements de la Fondation ont participé, dimanche 10 septembre, à la 21e édition de La Parisienne aux côtés de 20 580 coureuses. Cette course à pied de 7 kms réservée aux femmes est organisée à Paris chaque année depuis 1997, sur une distance de 7 km. C'est la première fois que la Fondation organise cette action collective en finançant une partie des frais d'inscription des participantes, issues de 10 établissements et du siège.

Courir entre collègues

La manifestation connaît depuis sa création une fréquentation croissante. La majeure partie des participantes courent avec leurs collègues de travail, en portant les couleurs de leur entreprise. La Fondation Léopold Bellan s'est classée 216e sur 480 entreprises (classement provisoire), avec des temps variant entre 41 minutes (bravo à Ludivine Chartier !) et 1 heures 19. "Ca a été vraiment un moment très sympathique", témoignent Véronique Foucault et Séverine Fournet de l'IME de Chateaudun qui reconnaissent ne pas être des runneuses accomplies mais avoir eu beaucoup de plaisir à courir avec leuirs collègues, connues ou pas : "Administratives, soignantes, éducatrices, surveillantes de nuit, directrices…on est tous au même niveau et réunies dans un effort collectif. C'est d'ailleurs communicatif : d'autres collègues qui n'ont pas couru cette année ont envie de se joindre à nous l'an prochain". Car  Véronique Foucault et Séverine Fournet, préparées avec leurs 11 collègues de Chateaudun par leur "coach", l'éducateur sportif  Ali Ayyadi, n'ont pas l'intention d'en rester là. Mais de continuer sur leur lancée, en visant un encore meilleur temps en 2018.   

 

En savoir plus : http://www.la-parisienne.net/

 

 




16e concours de peinture : remise des prix

20/06/2017

 

La remise des prix du 16e concours de peinture de la Fondation Léopold Bellan a eu lieu le 1er juin sur la scène du Petit Comédia (Paris 10e). 

Le parrain du concours, l'artiste-peintre Olivier Masmonteil a décerné leurs prix aux lauréats de cette édition 2016 aux côtés de Bernard de Lattre, président de la Fondation.

 

Les lauréats du premier prix (Carte de vœux 2018) sont des jeunes de l’IME La Sapinière

Les lauréats et les participants sont invités avec leurs encadrants à participer à un stage de peinture à La Guéroulde dans l’Eure, siège de l’association La Source – La Guéroulde, créée par le grand peintre et sculpteur Gérard Garouste. En mars dernier, 16 collaborateurs de la Fondation encadrant le concours ont eux-mêmes participé à un stage de 3 jours avec hébergement dans ce lieu de création, autour de deux ateliers de 10 heures animés par deux artistes : Plume, artiste graffeur et Olivier Masmonteil.

 

Les lauréats des prix Rapport annuel 2017 (IME de Bry-sur-Marne),

 

 

Les lauréats du Prix spécial du jury (Centre d’habitat Léopold Bellan -Seta)

 

Les lauréats de la journée annuelle 2018 (Résidence de Septeuil)

Les participants et lauréats de ces trois derniers prix se voient offrir une visite-contée au musée du Quai Branly à Paris, spécialisé dans les arts et civilisations d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques. Pour les personnes qui ne peuvent se déplacer, un beau livre leur sera offert.

 

La journées a continué en musique...

...et autour d'un buffet

 




Se former pour mieux vivre son rôle d'aidant au quotidien

06/04/2017


Dans le cadre de son partenariat avec l’Association Française des Aidants, la Fondation Léopold Bellan met en place six modules de formation à destination des proches aidants.

En complément du Café des aidants auquel participe le service d’aide et de soins à domicile de l’AMSAD Léopold Bellan, la Fondation met en place six modules de formation à destination des proches aidants.

Les proches aidants sont ces 8,3 millions de personnes en France qui accompagnent un proche malade, en situation de handicap ou de dépendance.

On devient proche aidant pour différentes raisons et souvent malgré soi, sans même le savoir parfois, et presque toujours sans y être préparé. Sans avoir eu le temps de se questionner non plus, de prendre un certain recul afin d’analyser la situation pour mieux la comprendre. Il ne s’agit pas de former les aidants à se substituer aux professionnels, bien au contraire ! La formation est un temps pour soi, un chemin dans lequel on s’aventure pour y puiser ses propres réponses.

Les modules de formation ont été construits en ce sens, comme un parcours libre où chacun construira ses solutions pour mieux vivre son rôle d’aidant au quotidien.

MODULE 1 Quand la maladie, le handicap s’immisce dans la relation au proche Lundi 24 avril 2017 de 14 heures à 17 heures

MODULE 2 Être aidant : une posture, des besoins, des attentes et des limites Jeudi 4 mai 2017 de 14 heures à 17 heures

MODULE 3 La relation au quotidien avec son proche Mardi 23 mai 2017 de 14 heures à 17 heures

MODULE 4 Trouver sa place avec les professionnels Lundi 5 juin 2017 de 14 heures à 17 heures

MODULE 5 Moi, mon proche et la vie quotidienne Vendredi 23 juin 2017 de 14 heures à 17 heures

MODULE 6 Comment concilier sa vie d’aidant avec sa vie personnelle et sociale ? Jeudi 6 juillet 2017 de 14 heures à 17 heures

Ces formations  sont gratuites, cependant le nombre de places est limité ! Pour vous inscrire, contacter : Anne-Marie Camilli-Ternisien Tél. : 01 53 42 11 50 / aflb@fondationbellan.org

Ces formations se tiendront à la Fondation Léopold Bellan – 64, rue du Rocher – 75008 Paris




Découvrez le nouveau numéro de notre Engagement

13/03/2017

Le numéro 56 de notre magazine est en ligne. Au menu de ce nouveau numéro :

  • Le parcours de vie de Cyril Chéron, travailleur handicapé à l’ESAT de Chinon, qui a mené un long travail aux côtés des professionnels du service d’accompagnement à la vie sociale (SAVS) de Chinon, pour accéder à l’autonomie.
  • Des portraits d’infirmières qui travaillent à la Fondation. Trois auprès de personnes âgées en gériatrie ou en EHPAD et deux auprès de jeunes épileptiques dans un IME.
  • Un témoignage sur la préparation de visite de certification menée par les experts de la Haute autorité de santé par Christelle Dumont et l’équipe de direction du Centre de rééducation fonctionnelle Léopold Bellan de Chaumont-en-Vexin
  • L’organisation d’ateliers de pratiques artistiques pour préparer le 16ème concours de peinture Léopold Bellan.

Le journal présente aussi le service d’hospitalisation à domicile (HAD) Léopold Bellan de Magnanville, nouveau champ d’activité pour la Fondation, et l’opération de restructuration du Centre d’Habitat de Noyon. Enfin, il donne la parole au président du Syndicat National de Gérontologie Clinique, Michel Salom.




Pose de la première pierre de l'ensemble ESAT/EHPAD à Montesson

23/02/2017

La première pierre des travaux de construction du futur pôle médico-social à destination des personnes âgées et des personnes en situation de handicap a été posée le 22 février en présence de l’ensemble des partenaires qui ont soutenu financièrement ce projet ambitieux porté depuis plusieurs années par la Fondation Léopold Bellan. « Ce projet vient renforcer la présence de la Fondation dans le département des Yvelines dans lequel elle est, avec près de 1000 lits et places, très fortement implantée », s’est félicité Bernard de Lattre, le président de la Fondation, lors de son intervention.
Sur un même terrain, acquis auprès du Centre hospitalier Théophile Roussel (CHTR), vont être érigés deux bâtiments situés dans un environnement verdoyant et préservé le long de la Seine :
• Un EHPAD, habilité à 100 % à l’aide sociale, de 84 lits (dont 4 d’hébergement temporaire) et 10 places en Service d’accueil de jour. Cette résidence, construite sur 3 étages, comportera notamment 2 unités Alzheimer sécurisées de 14 lits chacune. 
• Un ESAT qui permettra d’accueillir 90 travailleurs handicapés souffrant de handicap mental ou psychique dans des lieux confortables, fonctionnels et adaptés aux activités commerciales de l’établissement (entretien et création d’espaces verts, nettoyage de voirie, imprimerie-mailing et sous-traitance et conditionnement). L’ESAT actuel, déjà situé sur une parcelle du CHTR, va donc être déplacé et agrandi.

Outre celui de la ville de Romainville, cette opération a notamment reçu le soutien de la région Ile-de-France, du conseil départemental des Yvelines, de la CNSA, de l’ARS, des différentes caisses de retraite AGIRC-ARRCO et de l’Etat pour l’ESAT.

Montant total de l'investissement : 19 M€




La Fondation Léopold Bellan ouvre un Ehpad à Romainville

22/02/2017

 

 

Premier établissement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) à s'installer sur la commune de Romainville (93), la résidence accueillera 110 personnes âgées dépendantes (dont 5 d'hébergement temporaires) réparties en 3 unités de vie de 27 ou 28 résidents auxquelles s'ajoutent 2 unités Alzheimer sécurisées (de 13 et 14 places).

Les premiers résidents sont accueillis dans une construction neuve, chaleureuse et lumineuse, conçue comme un lieu d'hébergement confortable et fonctionnel qui s'élève sur 4 étages donnant soit sur des terasses, soit sur un patio. Afin de garantir un accès aux soins adapté aux besoins et à l'évolution de l'état de santé de chacun, l'équipe pluridisciplinaire comprend notamment, un médecin gériatre, un cadre de santé, un psychologue et les équipes soignantes.

La Résidence, habilitée à 100 % à l'aide sociale, est située dans le secteur des Coudes Cornettes du quartier Bas-Pays,  




La Fondation Léopold Bellan ouvre un service d'hospitalisation à domicile à Magnanville

06/02/2017

Le Centre de gérontologie clinique Léopold Bellan de Magnanville a été autorisé par l’ARS d’Ile-de-France à créer 35 places d’HAD dans le nord-ouest du territoire de santé des Yvelines. Ce nouveau service va couvrir 83 communes d’intervention du nord-ouest du département des Yvelines, ce qui représente plus de 178.500 habitants. 

Situé à l’épicentre du territoire d’intervention, le Centre de Gérontologie Clinique Léopold Bellan de Magnanville constituera l’établissement support de ce projet. « C’est un secteur que nous connaissons bien et notre SSIAD y intervient d’ores et déjà, rappelle Sophie Villedieu, la directrice du Centre. Notre candidature auprès de l’ARS a d’ailleurs été soutenue par les partenaires sanitaires et médico-sociaux avec qui nous travaillons de longue date et notamment les établissements de santé ».

Polyvalent, avec une spécialité de soins palliatifs, Ie service d’HAD Léopold Bellan propose tout type d’accompagnement (hormis les activités de maternité, pédiatrie et de transfusion sanguine). Il va ainsi permettre à des patients adultes malades de tous âges, atteints de pathologies graves aiguës ou chroniques, évolutives et/ou instables, d’éviter ou de raccourcir une hospitalisation dans un établissement traditionnel en leur apportant à domicile des soins médicaux et paramédicaux complexes et coordonnés, 24 h/24 et 365 jours par an.

 




La Fondation Léopold Bellan vous souhaite une excellente année

02/01/2017




Au sommaire de notre Engagement n°55

19/12/2016

Découvrez dans la dernière livraison de la revue de la Fondation :

  • comment se déroule l’intégration de l’œuvre nouvelle des crèches parisiennes (ONCP) qui a rejoint la Fondation Léopold Bellan en mars 2016 avec ses 150 salariés (pour 367 berceaux) ;
  • l’importante opération menée par la Fondation à Montesson où l’ESAT va être agrandi et une résidence médicalisée pour personnes âgées créée ;
  • le portrait de Sabine Laurent, directrice d’établissement. Promue à la tête de la future résidence médicalisée de Romainville, elle prépare l'ouverture de l'Ehpad qui accueillera les personnes âgées le 1er février ;
  • le parcours d’Assoumana, jeune déficient auditif, qui vient de quitter le Centre Augustin Grosselin Léopold Bellan (Institut d’éducation sensorielle) pour entamer une formation en réparation de cycles ;
  • l’opération de classement d’archives mise en oeuvre au Centre Augustin Grosselin par des bénévoles salariés de Bouygues Télécom ;
  • le travail de transmission mené par les résidents du Centre de gérontologie clinique Léopold Bellan de Magnanville à l’occasion de la Semaine bleue.

Le Magazine fait aussi le point sur la procédure de déclaration des évènements indésirables qui peuvent se produire dans les établissements. Et, à l'occasion des 80 ans de la Fehap, donne la parole à Antoine Dubout, son président.

Téléchargez Notre Engagement, n° 55




Création d'une résidence médicalisée pour personnes âgées et extension de l'ESAT : à Montesson, le chantier a débuté

23/09/2016

Reconstruction d’un  ESAT et construction d’une résidence médicalisée pour personnes âgées sur un même terrain de 14 000 m² acquis auprès du centre hospitalier Théophile Roussel : telle est l’ambitieuse opération portée par la Fondation Léopold Bellan à Montesson. Permis de construire obtenu, plan de financement bouclé, les travaux ont commencé pour une durée fixée à 21 mois.
L’établissement et service d’aide par le travail (ESAT) actuel, qui est déjà installé sur ce site, sera déplacé et agrandi pour accueillir   90 travailleurs en situation de handicap. Le bâtiment ainsi reconstruit sera labellisé Haute qualité environnementale et offrira notamment 745 m² d’ateliers.
Second volet de l’opération, la construction d’une résidence médicalisée. Certifié « Habitat et environnement », cet établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), habilité à 100 % à l’aide sociale, comprendra 84 lits + 10 places d’accueil de jour. En outre un PASA (Pôle d’Activités et de Soins Adaptés) permettra de recevoir des résidents de l’EHPAD atteints de la maladie d’Alzheimer ou d’une pathologie apparentée avec des troubles du comportement modérés.
Ces projets bénéficient du soutien de la CNSA, de la région Ile-de-France et du département des Yvelines. Montant total de l’investissement : 19,3 millions  d’euros.




Bienvenue sur notre nouveau site !

01/07/2016

Totalement restructuré et relooké, donnant une large part à l’actualité des établissements, le site sur lequel vous allez naviguer est construit autour des 4 grands secteurs d’activité de la Fondation Léopold Bellan. Il se veut pratique et simple d’utilisation et vous aide à vous retrouver dans notre offre de 65 établissements et services.

Vous êtes un particulier et recherchez un établissement social ou médico-social ou encore un établissement de santé, découvrez l’ensemble de nos structures sous les onglets « Enfants et jeunes » « Handicap-adultes », « Personnes âgées » « Patients et malades », ou directement par le moteur de recherche qui vous permet d’interroger par type d’établissement et zone géographique. Une fois arrivé sur la page qui vous intéresse, vous trouverez une fiche de présentation géolocalisée et un diaporama permettant de découvrir les lieux en images. Les initiatives et temps forts de l’établissement seront présentés sous la rubrique « Notre actualité ».

Vous voulez connaître la Fondation Bellan, son histoire, ses chiffres clés, sa gouvernance, ses engagements, ses projets : les trois premiers onglets du bandeau répondent à toutes ces questions. L’actualité de la Fondation est également présente sur la Une à côté d’un diaporama.

Vous êtes un professionnel et souhaitez travailler dans l’un de nos établissements. Découvrez sous l’onglet « Nous rejoindre » nos différents métiers et la présentation de notre politique sociale. Ou encore la liste des formations proposées par l’Association de formation Léopold Bellan.

Vous avez besoin de faire appel à des travailleurs handicapés, la rubrique « Découvrir les prestations de nos ESAT » vous est destinée.

Vous voulez vous investir auprès des personnes vulnérables en devenant bénévoles ou en faisant des dons et legs, consultez les onglets « Nous aider » ou « Soutenir notre action ».

Enfin, toutes les associations ou entreprises qui travaillent au quotidien avec nous, sont mises à l’honneur sous la rubrique « Nos partenaires ».

Bonne navigation…




« Notre Engagement », le magazine de la Fondation Léopold Bellan est en ligne

30/06/2016


Au sommaire de ce numéro, découvrez notamment :

  • le parcours de vie de Jonathan, jeune résident de l’IMPRO de Vayres-sur-Essonne où il est interne depuis 7 ans. À 19 ans, après avoir appris les métiers du bâtiment, il s’apprête à aller travailler en ESAT ;
  • le portrait de trois aides à domicile de l’AMSAD Paris 20e. Contact, échanges, richesses des relations humaines. Si elles vivent parfois des moments difficiles, les aides à domicile parlent avec enthousiasme de leur métier ;
  • la démarche généreuse d’un bénévole en sport adapté au Centre d’habitat de Beaumont-en-Véron ;
  • les conseils d’Olivier Masmonteil, l’artiste peintre qui a accepté de parrainer notre concours de peinture.

Et retrouvez 3 interviews pour aller plus loin :

  • Bernard de Lattre, le nouveau président de la Fondation présente les orientations qu’il entend mettre en œuvre ;
  • Anne Lannegrace vice-présidente, revient sur le rôle du comité éthique qu’elle préside ;
  • Albert Fernandez, directeur général adjoint « Solidarités » du conseil départemental des Yvelines témoigne des choix à faire dans un contexte budgétaire difficile.
     

Téléchargez le numéro 54 de notre Engagement




15e concours de peinture Léopold Bellan : un avant-goût de vacances

09/06/2016

Ce 8 juin, les 34 œuvres (dont 10 collectives) présentées à l’occasion de la remise des prix du 15e concours de peinture Léopold Bellan donnaient des envies de vacances et de voyage. Il faut dire que le thème de la Mer s’y prêtait.
Nouveauté cette année, le peintre Olivier Masmonteil, parrainait l’événement et a participé aux délibérations du jury. Rappelant d’emblée la difficulté de juger l’art brut, « beau par essence », l’artiste a souligné « la richesse extraordinaire des peintures, dessins et collages » retenus par les établissements et services pour participer au concours. De fait, que ce soit dans la façon d’interpréter le thème de la mer, ou dans l’approche artistique déployée, la production était loin d’être uniforme et surtout empreinte d’une grande poésie. « À travers un sujet imposé, des œuvres très différentes, très belles, très émouvantes nous ont été proposées » a résumé Olivier Masmonteil confiant que le choix avait été très difficile pour le jury.

 

Les lauréats retenus sont les suivants :

  • l’Institut-Médico-Éducatif Léopold Bellan de Bry-sur-Marne. Cette œuvre collective peinte par 7 enfants (Yacine Beghdadi, Morane de Kerguidan, Jordan Pires, Rudy Mayimakanda, Maroine Touil, Cassandra Labolle et Natacha Tourmente), illustrera la carte de vœux de la Fondation pour 2017 ;
  • le Centre de Phonétique Appliquée Léopold Bellan. Le collage réalisé par un élève de la section d’éducation et d’enseignement spécialisés, Amine Labiadh, 10 ans, fera la une du rapport moral et financier ;
  • le Centre Augustin Grosselin. La réalisation de 2 jeunes, Assoumana Yaffa et Tiguidanké Diaby, servira de support au carton d’invitation à la prochaine remise des prix ;
  • Enfin, Agnès Quatre-Sols (48 ans) suivie par le service d’accompagnement à la vie sociale de Sartrouville a reçu le prix spécial du jury.

 

Par ailleurs, tous les participants ayant eu des œuvres retenues par leurs établissements pour participer au concours seront récompensés par la Fondation Bellan. Cette dotation de 200 € pour les œuvres individuelles et 400 € pour les œuvres collectives servira à financer :

  • l’achat de matériel de peinture et de dessin,
  • des sorties culturelles à Auvers-sur-Oise, Rouen ou encore au théâtre ou au cirque,
  • des abonnements à des revues d’art, ou l’achat de livres d’art,
  • l’achat de jeux éducatifs…

 

Téléchargez le dossier du 15e concours de peinture.




Les crèches parisiennes de l’ONCP rejoignent la Fondation

18/04/2016

Avec l’absorption de l’œuvre nouvelle des crèches parisiennes (ONCP), la Fondation Léopold Bellan étend ses activités vers un nouveau champ de compétence, celui de la petite enfance.
Aboutissement d’un projet lancé il y a plus de deux ans, le décret approuvant la fusion-absorption de l’ONCP par la Fondation Bellan a enfin été publié en mars. Cette procédure était rendue nécessaire par le statut de l’ONCP qui était une association reconnue d’utilité publique.

8 crèches et une halte-garderie installées dans les 2e, 9e, 11e, 14e, 15e et 16e arrondissements parisiens, soit 148 salariés  accueillant 367 enfants de moins de 3 ans, ont donc rejoint  la Fondation sous la dénomination ONCP Léopold Bellan.
« Cette reprise va nous permettre de renforcer notre présence à Paris et d’intégrer de nouveaux savoir-faire dans le domaine de la petite enfance, champ de compétence dont nous étions absents », se félicite Jean-Luc Riteau, directeur général de la Fondation. « Ce rapprochement assure aux structures ONCP Léopold Bellan une pérennité financière tout en leur permettant de conserver une autonomie importante dans leur gestion quotidienne au sein d’une Fondation partageant des valeurs et une histoire proches », souligne-t-il. De fait, créées par des philanthropes à la fin du 19e siècle (la Fondation Bellan en 1884 et l’ONCP en 1896), les deux instances, partagent une page d’histoire sociale commune via la crèche du Mail, rattachée à l’œuvre en 1897, et fondée l’année précédente sous l’égide de Léopold Bellan alors conseiller municipal du quartier du Mail.

L’arrivée de l’ONCP-Léopold Bellan porte les effectifs de la Fondation Léopold Bellan à plus de  2 500 salariés répartis dans 65 établissements et services représentant 3825 lits et places.




Bernard de Lattre, nouveau Président de la Fondation

14/03/2016

Bernard de Lattre, 67 ans, a été élu par le Conseil d’administration du 10 mars dernier, président de la Fondation. Il succède à Bertrand Cuny, président depuis mai 2001 qui a choisi de démissionner.

Par la voix de son nouveau Président, le Conseil d’administration a chaleureusement remercié Bertrand Cuny pour son investissement au cours de ces 15 dernières années « qui a permis à la Fondation de connaître un développement exceptionnel ». Il a exprimé « toute sa gratitude à M. Cuny pour sa très grande humanité, pour son sens de l’écoute bienveillante, pour son ouverture à l’autre manifestés tout au long de son mandat ».
Bernard de Lattre, qui a rejoint la Fondation comme administrateur en 2002 avant d’en devenir le trésorier général en 2014, a fait une partie de sa carrière de haut dirigeant à l’international. Ainsi, pendant 15 ans, ses affectations au sein de la Banque Indosuez ont successivement mené ce diplômé de Sciences Po Paris, docteur en gestion et finance à Londres, Hong Kong et Singapour.

De retour à Paris, il a ensuite exercé les fonctions de directeur du développement international de Fimalac, puis de directeur financier et directeur des ressources humaines de Fitch Group. Il est aujourd’hui responsable des investissements immobiliers et internationaux du Groupe Fimalac.
Parallèlement, ce père de 3 enfants, 6 fois grand-père, a été bénévole pendant 15 ans aux Petits Frères des Pauvres. Passionné de musique, Bernard de Lattre, est depuis 10 ans trésorier des Musicales du Lubéron.